Un lac avec une légende

lac salé comore

Histoire du Lac Gnamawi

Le Lac Gnamawi se situe au nord de l’île de N’Gazidja dans la Grande Comore. Il s’agit de la plus grande et la plus peuplée des îles de l’archipel des Comores. Connue sous le nom de « Lac salé », elle se situe plus précisément dans la ville de Bangouakouni. Ce lac arbore plusieurs mystères et légendes qu’il est intéressant de connaitre. Selon la légende, l’eau du Lac Gnamawi pourrait permettre de sauver certaines maladies de la peau. Salim Hatubou, écrivain et conteur franco-comorien, a rédigé une œuvre intitulée « Aux origines du monde, Contes et Légendes des Comores » dans laquelle il raconte les différents mystères et légendes du Lac Salé.

Que raconte cette œuvre ?

Selon l’œuvre de Salim Hatubou, la place où se situe le Lac Gnamawi était celle d’un ancien village. La légende raconte qu’il était peuplé de villageois dont les principales valeurs incarnaient l’avarice, la gourmandise, la paresse, l’orgueil, la luxure, l’envie et la colère. Une nuit, un va-nu-pieds décida de demander de l’aide à ces villageois. Il s’arrêta devant la première maison sur sa route. La gorge totalement assoiffée, il demanda de l’eau pour se rafraichir. Il essuya un refus catégorique.

Il s’en alla et demanda encore de l’eau à la seconde maison sur sa route. Il essuya un autre refus encore plus violent. Ensuite, sa troisième tentative fût la plus humiliante. En plus de refuser de lui apporter de l’aide, la femme qui le recevait lui jeta de l’eau sale sur la tête en hurlant : « Déguerpis d’ici, sinon mon mari viendra te découper en petits morceaux ! ». Il fût le tour du village sans qu’aucun villageois n’accepte de lui donner un peu d’eau pour se rafraîchir. Alors qu’il était sur le point de quitter le village, le va-nu-pieds entendit une voix qui fredonnait une berceuse. Il aperçut une maison éclairée par une lumière tremblante.

Il s’approcha de la maison et demanda de l’aide. Enfin, une femme généreuse accepta de lui venir en aide. Elle lui offrit un repas chaud, à boire et un feu pour se tenir au chaud. Reconnaissant de cette hospitalité, le va-nu-pieds proposa à la vieille femme Comorienne de quitter le village avec lui. Soucieuse, la vielle femme pleura car elle ne voulait pas quitter son village natal. Etant tellement insistant, le va-nu-pieds réussît finalement à la convaincre. Alors qu’ils s’éloignèrent du village, une forte pluie s’abattit sur le village. La pluie était tellement forte qu’elle commença à inonder les habitations. Les villageois fussent emportés par la puissance de la pluie. Le va-nu-pieds était en fait un ange envoyé par Dieu. Toute l’eau de cette forte pluie forma un lac connu aujourd’hui sous le nom de Lac Gnamawi, qui signifie « Mauvaise chair ». Aujourd’hui, tout le monde parle encore de ce village maudit.